Brève de Centrafrique

Avatar de SMA Media

Brève de Centrafrique
Posted on :

La situation sécuritaire de Centrafrique ne connaît pas de progrès. La presse internationale, comme RFI, parle d’une nette amélioration, mais la réalité est autre. Bangui connaît toujours des violences exercées par les différents groupes armés. Le Kilomètre 5 est inaccessible aux non musulmans. Tous ceux qui s’y aventurent sont systématiquement assassinés. Il y a des morts là bas chaque jour.

Beaucoup de personnes se demandent ici pourquoi les Sangaris et les MISCA refusent de désarmer ce secteur où se cachent beaucoup de mercenaires tchadiens et soudanais de la séléka. Si une bonne partie de la population n’a jamais fait confiance aux éléments de la MISCA, les Sangaris, eux, ont bénéficié et bénéficient encore de ce capital de confiance. Mais j’ai peur que l’enthousiasme initial et cette confiance de la population vis à vis des forces françaises ne tournent au désenchantement et par suite à leur rejet. Dans les provinces la situation est plus difficile encore. Tout cela fait qu’on ne peut pas circuler librement et, à Bangui, beaucoup de personnes hésitent à sortir de chez eux. On peut à tout moment être pris entre deux feux.

Nous attendions la présence d’autres soldats européens pour la fin de ce mois, mais apparemment beaucoup de ces pays sont réticent à envoyer leurs soldats chez nous et surtout à engager des dépenses. Personne ne peut leur en vouloir. Les gouvernants de ces pays sont parfois obligés de tenir compte de l’opinion de leurs électeurs et contribuables.
Voilà rapidement décrite la situation où nous sommes. 

Abbé Jérôme Dansona

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *