L’Abbé Donatien, à Lyon, venu boire à la source

Avatar de SMA Media

L’Abbé Donatien, à Lyon, venu boire à la source
Posted on :

Abbé Donatien Abegee

Donatien Abegee, curé de la cathédrale Notre-Dame de miséricorde de Cotonou depuis 2010 est venu à Lyon pour boire à la source, retrouver les anciens, voir leur cœur, leur amour, mais aussi pour permettre aux chrétiens qui viennent à la cathédrale de connaître un peu mieux l’Église du Bénin et spécialement l’Église de Cotonou. 

Je désire présenter l’Église de Cotonou qui a vraiment démarré avec la cathédrale en 1901. Nous avons déjà eu l’occasion de fêter le centenaire, mais à l’époque, nous n’avions pas de support pour illustrer ces cents années, et montrer comment cela a évolué et mieux connaître cette Église. Je suis donc venu à Lyon pour consulter la bibliothèque africaine, voir le musée. Nous avons le projet de développer près de la cathédrale un musée historique et d’objets d’art religieux, représentant les objets liturgiques et tout ce qui a été utilisé pour la Mission. Je travaille, aidé par les conseils d’une spécialiste, Mme Rachida de Souza et de quelques personnes ressources et une journaliste Mme Adissoda Gisèle, qui est à la maîtrise de la cathédrale et avait déjà un projet avant que je ne rejoigne la paroisse Notre-Dame.

Parlons maintenant l’Église famille qui est à Cotonou
cathedraleDepuis l’arrivée de Mgr Antoine Ganye, nous savions qu’il y avait du travail à entreprendre dans le diocèse au niveau des agents pastoraux, au niveau des fidèles. Monseigneur a réalisé trois belles rencontres, l’une avec son presbyterium, l’autre avec les religieux et religieuses et enfin avec les laïcs. Ensuite, il a entrepris une visite pastorale de toutes les paroisses dans les zones urbaines, rurales et lacustres. Cela lui a permis de voir l’Église de voir les besoins et les attentes et de commencer à y répondre. Effectivement, depuis, il y a eu création de nouvelles paroisses environ une dizaine, création de doyenné ; le diocèse a maintenant quatre vicariat : vicariat de Cotonou, de Calavi, de Ouidah et d’Allada et près de 14 doyennés et nous allons vers la centaine de paroisses.

Nous avons pensé reprendre le synode qui avait été lancé en 1975 mais qui n’a jamais vraiment abouti. Mgr De Souza avait lancé deux mini-synodes. Les démarches ont été entreprises pour démarrer le synode, l’an prochain je crois. Le terrain a été déblayé, maintenant, il faut s’engager. Il est nécessaire que l’on s’asseye pour s’écouter, réfléchir, prier et voir. Nous sommes Béninois et dans la pratique de la religion, il y a encore des glissements et l’on ne s’est pas vraiment détaché de nos religions traditionnelles. Il nous est nécessaire de bien voir l’inculturation qui respecte la liturgie, la spiritualité et la morale. Mgr Antoine Ganyé a à cœur la formation des chrétiens, il a demandé à quelques prêtres de prendre cela en charge. Il y a donc eu une première formation en français puis en fon. Pour cette année pastorale, il y aura une formation itinérante dans les vicariats. La formation ne se fera donc pas uniquement à Cotonou, mais aussi à Ouidah et Allada.

Concernant le pape François
Je lis fidèlement les écrits de notre pape François. Depuis que je suis devenu chrétien et prêtre, je réalise que les papes que nous avons eus sont de véritables dons de Dieu qui répondent à notre temps. Le pape Jean-Paul II a beaucoup œuvré pour l’application du concile Vatican II, le pape Benoît XVI, maître enseignant, il a produit beaucoup de chose sur l’enseignement pour que nous restions dans la doctrine. Le Pape François, c’est le pasteur, il nous invite à sortir, l’évangélisation se poursuit et nous devons la vivre. Nous entrons dans le mouvement “d’aller vers” parce que le Seigneur nous envoie vers.

L’Église et l’État
La conférence épiscopale avait sorti un message au président pour lui demander de mieux voir les préoccupations des gens et de mieux entendre leurs revendications. Le président à répondu à la lettre les évêques ont donné une deuxième réponse. Cette démarche des évêques a interpelé les gens qui attendaient ça. L’Église est toujours pour la conciliation, le dialogue et la paix.

Les paroissiens de la cathédrale
Les chrétiens viennent bien à la messe mais il n’y a pas véritablement d’engagement et la vie chrétienne ne se réduit pas à la messe. Je leur ai proposé de vivre le synode avec eux afin d’échanger sur diverses questions comme : qu’est-ce que l’Église, qu’est-ce que la paroisse ; quel est notre engagement ? Est-ce que ma vie de prière ouvre sur un véritable engagement, sur le souci de l’autre etc. En nous asseyant chacun verra ce qu’il a à faire et quelle sera sa participation à la vie de la paroisse, du quartier. Au sein de la paroisse, il y a de nombreuses attentes, il faut les mettre en commun et voir comment servir Dieu à travers les autres. Il faut reconnaître que la cathédrale aujourd’hui se retrouve dans une zone commerciale loin des habitations. Il y a donc beaucoup plus de monde qui vient en semaine, à midi, leur lieu de travail étant tout proche ; le dimanche il y a moins de monde, les gens préfèrent rejoindre la paroisse de leur habitation.

Paul QuilletAux Pères sma que j’aime tant, je leur dis merci d’avoir accepté d’être appelé et envoyé par le Seigneur en Afrique, spécialement ce Dahomey tant
aimé par eux. Nous leur devons tout, ce que nous sommes, notre foi, notre Église et même notre vie chrétienne… Le Cardinal Bernardin Gantin est considéré comme un enfant des SMA et c’est normal. C’est évidemment un grand merci.  Ce qui me touche beaucoup chez vous les Missions Africaines, c’est votre simplicité, votre ouverture, votre attention. Continuez de priez pour nous, pour que nous gardions cet esprit missionnaire et que nous ne soyons pas fermés, que nous restions ouverts pour aller vers d’autres qui attendent de rencontrer le Christ et de partager sa vie. Continuez de prier pour nous, nous penserons toujours à vous.

propos recueillis par Gérard Sagnol, sma

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *